Fermer

Envoyer un message au Café des Glaces à propos de la pièce de Marco Rigoni

Merci ! Nous avons bien reçu votre message, nous revenons vers vous très vite.

Désolé, nous n'avons pas reçu votre message.

Quelques conseils : vérifiez votre adresse email, vérifiez votre connexion internet.
Si le problème persiste, contactez-nous directement via Instagram, merci !

Drah’ di net um

rigoni exposition poster
©Marco Rigoni
Je marcherais des nuits entières sans savoir où aller.
C’est normal quand vous vous trouvez dans un lieu inconnu.
Vous ressentez uniquement le besoin d’errer dans un état d’extase
en perdant toute notion du temps et de l’espace.
Après avoir traversé un énième labyrinthe d’arcades
rouillé, bien que rempli d’une vie qui n’existe plus,
Je me suis retrouvé dans une allée noire.
A cet instant précis, il y eut une pause.
Une mélodie, une chanson de célébration vint
d’une petite maison à deux étages.
Chant inconnu, langage indéchiffrable,
mots qui, isolés, ensorcèlent sans se révéler.
J’attendis là, en écoutant,
en imaginant ces salles, en devinant ces figures,
ces expressions. La lune était haute et pleine
Comme leurs visages et leurs verres.
Le vent soufflait, je ne comprenais pas.
J’écoutais et un courant s’écoula à travers moi.
Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de communiquer directement
Avec les gens.
Pour donner un sentiment de l’inconnu
Est-ce suffisant de laisser les autres vivre ?
Les feuilles d’automne tombent sur mon corps.
Mais c’était déjà le mois de février.
Des pétales rosâtres tombent de mes yeux.
Pourtant, dans le visage impassible du ciel, les humains
ne lisent que leur joie ou leur misère.
La nature cyclique du temps me condamne à vivre d’interminables déjà vus.
Je construis et détruis, détruis et crée,
une chose constructive quand je détruis.
Comment quelqu’un qui vit dans un tel lieu peut-il être malheureux ne serait-ce qu’un instant ?
Peut-être que quelqu’un qui se laisse emporter par ces eaux ressent-il maintenant une repentance amère,
puissent les ombres me dire s’il en sera de nouveau ainsi.

Regardez les champs qui brûlent et déjà
vous verrez, plus loin, le nuage noir qui apporte
l’autre visage que personne ne veut voir.
Une quête perverse de l’harmonie et une paix inatteignable.
Six mois.
La terre noire du champ fraichement brûle continue de dégager
l’arôme des récoltes pourries.
Un cycle se clôt et déjà un autre s’ouvre.

Marco Rigoni

Né en 1993 en Italie,
Vit et travaille entre Lausanne et Trévise. 

Il est né à Trévise, en Italie, et a fait ses études à Venise où il a obtenu son Bachelor en arts visuels à l'IUAV (Istituto Universitario Architettura Venezia). Il a ensuite obtenu un Master en Arts Visuels à l'ECAL (Lausanne).
Ses travaux se concentrent sur le réagencement de mobiliers et d'objets pour créer des installations à la narration suspendue, sans référence temporelle définie. 
Sa recherche porte sur l'identification d'un comportement solitaire chez l'être humain à travers l'étude de l'histoire du design, de l'architecture et de la mode. 
Ces différentes gammes de références amplifient le fétichisme de l'objet, indiquant une obsession et un besoin de générer un monde personnel.
Télécharger le portfolio

Beside the show

Merci de vous être inscrit à la newletter du Café des Glaces

Abonnez-vous à notre page
instagram
Désolé, nous n'avons pas reçu votre mail.

Quelques conseils : vérifiez votre adresse email, vérifiez votre connexion internet.
Si le problème persiste, contactez-nous directement via Instagram, merci !